La preuve par cinq ! Un lancement 5 atterissages sur la planète rouge

Connectez-vous.

Mot de passe oublié ?

Inscrivez-vous.


  • Ce sujet contient 7 réponses, 5 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Rezza Goan, le il y a 3 années et 2 mois. This post has been viewed 1665 times
Vous lisez 7 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #9453
      Le chimiste
      Admin KSC
      Il s’agit de faire un lancement à destination de Mars ou Duna.
      Un lanceur, un module de transfert orbital, éventuellement un relai, cinq atterrisseurs contenant chacun un rover, (petits modèle comme la Nasa a su faire Sojourner, Opportunity ou Spirit…).
      Chaque rover doit visiter ou être positionné sur un biome différent.
      Mods autorisés, tweakscale, mechjeb, et dmagical orbital science pour ceux qui veulent et quelques autres
      j’autorise tweakscale

      Comme les proportions par rapport à celle de la Terre, des différentes orbites des planètes découvertes sont connues, avoir la distance de la Terre au Soleil, permettait de connaître le demi grand axe de chaque planète connue.

    • #9456
      L3 G33K
      Participant

      Faudra que je le teste celui-ci, quand j’aurais fini celui de AsteroidDay :mrgreen:

    • #9457
      Le chimiste
      Admin KSC

      Oui, et il y a un aussi pour bientôt :

      un petit défi technique atomique

      😉

      Comme les proportions par rapport à celle de la Terre, des différentes orbites des planètes découvertes sont connues, avoir la distance de la Terre au Soleil, permettait de connaître le demi grand axe de chaque planète connue.

    • #9464
      Kierra
      Participant

      Hello ! Voici ma participation 🙂

      Partie 1 : Mise en orbite et injection autour de Duna

      L’idée ici est de réaliser une mission directe vers Duna, avec cependant une trajectoire minimisant le deltaV. Afin de permettre la réalisation de cette mission, nous visons une injection en orbite basse polaire de Duna directement depuis un burn en orbite de Kerbin. L’orbite polaire nous donne accès à l’intégralité des biomes de Duna tandis que l’orbite basse est contrainte par le faible deltaV (150m/s~) des atterisseurs. Une orbite à 50.5km est visée.


      Une fusée Sigma IV sur son pas de tir, avec sous sa coiffe les 5 rovers et leurs atterrisseurs, ainsi qu’un orbiteur.


      Décollage de nuit, fenêtre de tir impose. Direction une orbite circulaire à 300km d’altitude.


      L’étage d’injection en orbite de Duna et les rovers ainsi que la sonde. Environ 22xx de deltaV pour avoir un peu de marge.




      Injection dans la SOI de Duna. On se place directement sur une orbite presque polaire.

      Burn de correction de trajectoire, très court.


      Arrivée dans la SOI de Duna.



      Circularisation




      Placement sur l’orbite de largage des rovers, quelques centaines de mètres au dessus de l’atmosphère.

      Partie 2 : Largage des atterisseurs




      Largage du premier rover au pôle nord




      Premier lander OK ! Rover en hibernation en attendant son déploiement





      Deuxième lander OK ! Au pôle sud, cette fois !






      Troisième Lander OK, qui explorera quant à lui les midlands de Duna !




      Quatrième lander OK, qui visitera un canyon des midlands !




      Cinquième et dernier lander OK. Celui-ci explorera une sea midlands.

      Partie 3 : Déploiement de l’orbiteur et des rovers


      Séparation de l’étage de transfert





      Placement en orbite polaire haute, à 1000km d’altitude, afin d’avoir des liaisons telecoms de longue durée


      Déploiement du rover au Pole Nord.


      Déploiement du rover des Midlands Seas.


      Déploiement du rover du Pole Sud. Perte d’un panneau solaire, mais le rover est apte à ne fonctionner qu’avec un.


      Déploiement du rover des Midlands.


      Déploiement du rover du Midland Canyon

      Et voilà !

      • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 2 mois par Kierra.
    • #9475
      Le chimiste
      Admin KSC

      Bien parti et l’orbite polaire c’est un bon choix pour répartir les atterrisseurs sur plus de biome.

      Comme les proportions par rapport à celle de la Terre, des différentes orbites des planètes découvertes sont connues, avoir la distance de la Terre au Soleil, permettait de connaître le demi grand axe de chaque planète connue.

    • #9487
      Rainbow Von Braun
      Participant

      Voici ma maigre participation malgré que je sois nul en voyage en dehors de la sphère d’influence de Kerbin, j’ai fait de mon mieux !

      On s’éloigne de Kerbin oh non ! 

      On va rencontrer Duna ! 

      Un burn pour se mettre en orbite 

      Admirons un peu la vue 😀

      Bon on fait atterrir le premier rover au pôle nord ! 

      Ensuite dans le pôle sud !

      On arrive cette fois dans le Western Canion

       

      Puis dans l’Eastern Canion

      ça a un peu mal tourné :0

      Ensuite dans le Low Lands 

      Et voilà ^^

      • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 2 mois par Rainbow Von Braun.
    • #9489
      Kierra
      Participant

      Nice !

    • #9501
      Rezza Goan
      Participant

      5 landers on Duna by Rezza Industries

      Je suis parti sur un genre de déposeur façon skycrane jetable équipé de parachute pour la descente et de sepatrons pour l’expulsion.

      Quant au rover, quelque chose d’assez simple et léger

      Une grappe de 5 + 1 relais satcom sous une coiffe et voilà mon lanceur, un peu fancy je l’accorde (petit trip perso… Cocorico)

      Ce lanceur est composé:

      • d’un premier étage à poudre de 4 boosters de 2.50m délivrant 9600kN de poussée
      • le second étage qui participe au décollage fonctionne au LFO avec 9 vectors pour une poussée de 9000kN
      • le troisième étage propulsé par 4 kerbodyne KE-1(DLC) pour une puissance de 5400kN emmène l’étage d’injection au sommet de l’atmosphère.
      • Enfin le quatrième étage sert pour circulariser autour de Kerbin à une orbite de 100×100 ainsi qu’à s’injecter sur une trajectoire de Hohmann en direction de Duna. Propulsé par deux RE-J10 (DLC) cet étage délivre 750kN de poussée et est capable d’assurer tout le travail qu’on lui demande avec la bagatelle de 6000 m/s de dV.

      Quelques temps forts en images:


      Mise en place d’un noeud de manoeuvre pour l’injection.


      Rencontre avec Duna. Correction burn prévue à l’entrée de la SoI


      Comme prévu, on fait attention à la SoI de Ike et…. ça passe !


      Après 3 manœuvres orbitales, le craft est placé sur une orbite de parking. Altitude, OK,… Transmissions radios, OK…





      Libération du premier rover, descente, touchdown et découplage du skycrane (4 sépatrons c’était peux être trop… xD)


      Et un rover, reste quatre…

      Album complet

      En résumé :
      Mission assez simple en soit, assez répétitive cela-dit, et surtout pour le dossier screenshots au final 😛

      • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 2 mois par Rezza Goan.
Vous lisez 7 fils de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.