APOLLO XI en RSS: un sacré défi!

Connectez-vous.

Mot de passe oublié ?

Inscrivez-vous.


Ce sujet a 8 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  Gilflo, il y a 2 mois et 2 semaines. This post has been viewed 154 times

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Messages
  • #11279

    Gilflo
    Participant

    Voila Apollo XI, posé sur la lune

    Et voila sa réplique créée par le Bluedog Design Bureau

    [1.6.X] Bluedog Design Bureau – Stockalike Saturn, Apollo, and more! (v1.5.2 "Бруно" 8/Feb/2019)

    Pas mal!!

    4 pièces: le moteur descendant sur le LEM, puis le moteur ascendant sous la capsule.

    Probleme: 2812 DV au total car il est taillé pour la Mun et non pas pour la MOON

    Eh oui car moi je veux aller sur la vrai lune!

    J’ai mis les kerbals au boulot: 9400 DV pour s’arracher à l’attraction terrestre et 7900m/s mini a atteindre.

    Ensuite 3260 DV pour l’injection et un aller retour à 4000DV en gros avant de rejoindre le module de commande, puis retour vers le Terre RSS

    On a déjà un gros problème car le vaisseau du Bureau bluedog ne développe que 2800DV et ne pese que 8T5

    Bon, on étudie le problème sous tous les angles, Tweakscale or not Tweakscale

    Tweakscale du module de descente, ca marche car il y a surtout des reservoirs, des trains et un moteur.

    Tweakscale du module habitable de montée, non, car la c’est l’inflation de poids pour un gain insuffisant en carburant

    Alors voilà comment on a résolu le probleme ! enfin une partie du problème:

    Gonflage du module de descente et adjonction d’un moteur S6-V-Osprey tweascalé à 159kg et qui va nous donner à peine 2000DV, ce qui passe pour un alunissage à partir d’une orbite de 50 kms

    Le moteur de remontée est 2 fois plus petit car on remonte 2 fois moins de poids, par contre ,il a fallu caser un peu partout des reservoirs sup , avec un petit docking port au dessus d’un petit reservoir conique de chez KWRocketry

    On a un ensemble de 13T, finalement très proche du vrai Apollo XI en poids. Par contre les moteurs RCS ne sont plus très optimisés et ca va peut être pas être facile de docker à la remontée.

    Pour la suite, après de nombreuses recherches, on n’a pas le choix, il faut faire dans le réservoir et le moteur cryogénique, LH2O, pour alleger au maximum le module de commande et sa fusée qui s’occuperont d’une partie de l’injection lunaire, de la mise en orbite, de la récupération de la capsule-car nous contrairement aux américains, on va la ramener avec le module de commande-et puis du retour vers la terre.

    Les moteurs Cryo ont l’avantage de KSP élevés, mais il faut trouver des reservoirs isolés pour éviter l’évaporation du LH2 et ca consomme de l’électricité en pagaille, on a rien sans rien!

    [1.6.x] Cryogenic Engines: high Isp chemical rockets! (January 21)

    Et voila un module complet de 89T et 5072 DV pour 3 réservoirs Cryo ou 68T et 4050 DV avec 2 réservoirs, associés au module de commande Leo « Boticelli » de 1.97T pour 4 astronautes.

    Evidemment pour corser le tout Deadly Re Entry oblige à avoir des boucliers thermiques, sinon on part en fumée. Le poids comprend donc un bouclier thermique gonflable qui protègera les 2 capsules lors de l’entrée atmosphérique. Sous ce bouclier, un petit réservoir Cryo associé à un minuscule moteur assure à l’ensemble des 2 capsules vide de carburant 1000DV supplémentaire pour la stabilisation de l’orbite de retour finale et le retroburn final. Reste à prévoir assez de production électrique sur le module retour pour conserver un maximum de LH2;

    Le choix des reservoirs cryogéniques est super important, car si les fuel switches permettent d’en mettre presque dans tous les réservoirs, peu sont isolés électriquement et sur certains ca ne fonctionne même pas…

    bon, ben voila, maintenant il ne reste plus qu’a construire un fusée à 12-13000DV,  pour envoyer ces 89T en orbite et en chemin vers la lune.

    Et avec les moteurs optimisés pour Kerbin, c’est pas gagné!!

    ET j’ai oublié qu’il va falloir rajouter un protection thermique pour le retrofreinage du module de retour vers la terre….

    • Ce sujet a été modifié le il y a 2 mois et 2 semaines par  Gilflo.
    #11288

    Le chimiste
    Admin KSC

    AVEC RSS je n’avais testé que des avions pour faire le tour de la Planète tranquille, mais je tenterais bien un gros truc de ce genre, pour me rendre compte de l’exploit de le réaliser IRL.

    Comme les proportions par rapport à celle de la Terre, des différentes orbites des planètes découvertes sont connues, avoir la distance de la Terre au Soleil, permettait de connaître le demi grand axe de chaque planète connue.

    #11291

    Gilflo
    Participant

    La, le truc c’est que c’est en taille réelle et que les vitesses de libérations sont énormes. Le prochain défi ca va être le SSTO et je ne suis pas sur que ce soit réalisable, même avec des moteurs optimisés comme ceux du mode OPT…

    #11292

    Dakitess
    Admin KSC

    Mmh pourquoi ne pas avoir pris un mods qui inclue des Parts à l’échelle RSS plutôt que Stock ? 🙂 De même, pourquoi partir sur le pod « historique » du LEM, si ensuite tu ne souhaites pas reproduire Saturn V ? Cela n’aurait pas été plus simple de façonner ton propre module de descente / module de vie, et tout le reste, soit via TweakScale, soit via des mods taillé pour RSS ?

    Simples questions sur le contexte que tu t’imposes ou simplement sur les préférences, c’est vrai que le pod du DLC, reproduisant celui des missions Apollo, est fort joli !

    ------------ L'ensemble de mes créations ---------------- Challenge KSC2 - VENERA ! ----------------------- Ma chaîne Youtube ! ----------------------------------

    #11298

    Rothor
    Participant

    Les moteurs Cryo ont l’avantage de KSP élevés

    Joli lapsus 😀

    Les moteurs Cryo ont l’avantage de KSP élevés, mais il faut trouver des reservoirs isolés pour éviter l’évaporation du LH2 et ca consomme de l’électricité en pagaille, on a rien sans rien!

    Une autre solution, c’est de limiter l’usage des moteurs cryo aux toutes premières heures de vols. De cette manière, on a pas besoin de système de refroidissement. La perte de fuel existe mais elle est minime.
    C’est d’ailleurs ce qu’on fait les ricains avec Saturn V. Le burn de transfert Terre-Lune est cryo (c’est le troisième étage avec son unique moteur J2 qui s’en charge). Après cela, c’est le module de service, équipé d’un AJ-10 hypergolic, qui se charge de la mise en orbite lunaire et du transfert retour vers la terre.

    #11299

    Gilflo
    Participant

    Eh bien sur la 1.6.1, deja pas de mod SSRSS, juste du RSS

    Ceci étant j’ai trouvé le défi plutôt interessant, la réplique d’Apollo super chouette et les créations de Bluedog Design Bureau plutôt sympas.

    Il fallait juste repenser tout pour le RSS et ce, avec le Mod RealScaleBooster qui n’est pas à jour, car je pense qu’il aurait permis une meilleure optimisation.

    La solution, c’est une fusée de 8200T avec 2 étages LFO, un 3 eme et 4 étage Cryo. Le 4eme étage envoi en partie Apollo et son module de commande vers la Lune. Le module de commande fait ma mise en orbite, et le retour avec boucliers car j’ai inclus Deadly re-entry.

    Je suis en train de fignoler ca, je vous le presenterai bientôt

    #11308

    Gilflo
    Participant

    Voici donc la configuration finale du Lander et ses performance lunaire S2 pour la descente et S1 pour la remontée avec les moteur S6-V-Osprey

    Voici le Lander Apollo accroché à son module de commande Leo sous lequel sur trouve d’abord un bouclier thermique et un petit réservoir Cryo de 900DV. En dessous le grand module Cryo assure la mise en orbite lunaire et le retour. Je pense qu’il y a une grosse marge de DV VAC qui pourront peut être servir au freinage lors du retour sur terre. En cas de besoin les 2 bouclier thermiques permettront un aerofreinage sur les couches basses.

    12 générateurs PB NUk de NearFutureElectrical assurent une isolation parfaite des réservoirs quelques soit le temps passé sans lumière solaire

    Voici la fusée d’environ 8200T

    Les 2 premiers étages LFO sont 2 groupes de 6 réservoirs propulsés par par 12 moteurs VECTOR – he oui ce sont finalement les plus interessant au niveau Poids/DV/TWR- tweakscalés à 3m pour l’étage 1 et 3.4m pour le 2. la base des réservoirs est 5m

    Vient ensuite à l’intérieur un étage de 6 reservoirs Cryo de 3.75 avec des moteurs CT65 « Yucatan » de 4.15m  qui entoure le réservoir central Cryogénique de 5m de diamètre avec à la base 7 moteurs Sarnus de 1.60m de chez Bluedog

    Les 2 premiers étages ont un TWR de l’ordre de 1.5 et les étages cryogéniques développent un TWR de 1 car ils commenceront a fonctionner dans la très haute atmosphère, plus de 80kms.

    Vue de dessus: pour des raisons d’encombrement et de violence des séparations les étages ne sont pas collés au réservoir central.

    Voila pour la présentation

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 2 semaines par  Gilflo.
    #11311

    Gilflo
    Participant

    C’est parti pour l’expédition lunaire, le décollage du monstre soulève un nuage de poussieres

    Pour la mise en orbite, je n’ai jamais réussi à la faire manuellement ou avec les méthodes classiques de Gravity turn. et j’ai fait un paquet d’essais….J’ai donc utilisé la méthode développé par Anatide Robotic qui supervise Mechjeb: le Primer Vector Guidance(RSS/RO)

    J’ai cherché des références mais je n’ai pas trouvé. La méthode consiste, après un Gravity turn décidé je ne sais pas trop comment à adapter l’assiette de la fusée pour toujours être entre 1 et 2mn de l’apoapsis et ceci jusqu’au final.

    Décollage, vu d’en haut

    Séparation du 1er étage

    Pour être dans le même plan que l’orbite terrestre, j’ai utilisé KER, affiché la Lune comme « Target » et affiché dans l’inclinaison orbitale du PA, l’inclinaison relative au moment ou l’angle Tel to AN passe à 0. Si tout se passe bien, la fusée prend le cap indiqué par la Target sur la Navball.

    Séparation du 2eme étage. On a perdu plus des 3/4 de la masse initiale et on passe sur les cryogeniques

    On monte très longtemps sur cet étage et on fait plus que doubler la vitesse. Notez les assiettes et le temps à l’Apoapsis (HUD haut gauche)

    La séparation de cet étage est très violente

    Et voila nous sommes en orbite à 200 kms avec pas mal de marge en DV. Le propulseur central va pouvoir nous faire l’insertion lunaire de 3200DV

    Calcul de MechJeb

    Et c’est parti

    Après la séparation le module de commande fait la mise en orbite lunaire à 50 kms.

    Puis nous procédons à la séparation du Lander dans lequel se trouvent 2 astronautes. Un petit coup de RCS pour se décaler

    Ensuite retournement et mise en descente automatique, je ne fais rien en manuel pour cette fois car tout est calculé au plus juste.

    Le sol est à environ 10000m d’altitude

    On arrive très vite

    Posés, mais on glisse sur le sol. Le module se révèle très stable, on dirait qu’on ski!

    Et finalement c’est la sortie

    pour planter le drapeau

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 2 semaines par  Gilflo.
    #11317

    Gilflo
    Participant

    RETOUR VERS LA TERRE

    Nos 2 astronautes s’amusent à sauter et prélèvent quelques échantillons avant de réintégrer la capsule

    Check list avant le décollage: calcul de l’inclinaison, cap sur la cible, fermeture du vide vite, puis découplage et allumage du moteur

    C’est parti pour une orbite à 44 kms, 5 kms sous le module.

    Le module de descente reste sur la lune

    Très rapidement la trajectoire s’incline à 45° et le cap est mis sur la cible

    Puis au fur et à mesure de la montée, l’assiette se rapproche de l’horizon et le cap est modulé pour annuler l’inclinaison relative.

    On s’est raté un peu à la mise en orbite, il va falloir faire quelques corrections, heureusement il y a 165DV en rab

    Le pilote calcule le vecteur de rapprochement

    Et effectue les manoeuvres nécessaires pour nous mettre au plus proche de la cible avant enclenchement des moteurs RCS. on aura finalement utilisé tout le LFO

    L’approche avec Docking Port Alignment Indicator est simplissime

    Nous y voila, c’est presque trop facile!

    La capsule de montée est maintenant arrimée au module de commande

    Et le pilote calcule l’insertion vers une orbite terrestre à l’aide de l’ordinateur, puis il effectue le burn en manuel

    Etant donné notre vitesse d’approche au Periapsis nous effectuons un passage à 125kms pour freiner avec le moteur Cryogénique

    Puis un 2eme et un 3eme sont nécessaires car je pense que les boucliers ne résisteraient pas….on les aura emmené pour rien…

    A l’issue du 4eme passage nous avons vidé presque tout le réservoir et établi une orbite à 155kms environ

    Nous larguons le réservoir du module de commande avant la rentrée atmosphérique

    Je me demande si la trajectoire de rentrée n’est pas trop plate et comme le réservoir de secours que j’avais prévu est plein, les astronautes vont s’en servir pour freiner sur la descente avant de le larguer. c’est pourquoi ils visent un point assez loin dans l’océan.

    Aux alentours de 105 kms d’altitude, il nous ralenti de 900m/s puis il est largué et le bouclier est sorti à Mach 24

    La trajectoire reste stable pendant la decelleration

    Jusque vers 3700m/s ou ça commence à osciller; on est encore à Mach 11

    Le RCS essaie de stabiliser tant bien que mal et les capsules arrimées l’une à l’autre restent dans le code de protection du bouclier

    Nous voila sortis d’affaire

    Ouverture des 5 parachutes assez haut pour se libérer du bouclier. nous sommes à 88 kms de Kourou, pas trop loin…;

    Presqu’au sol en bord de mer

    Et voila le final

    L’aventure est terminée, nous avons ramené les 2 modules et les 4 astronautes

     

     

     

     

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 2 semaines par  Gilflo.
9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.