Répondre à : un petit triathlon rien que pour vous

Connectez-vous.

Mot de passe oublié ?

Inscrivez-vous.


#8957
Verthel
Participant

C’était une belle journée ensoleillée, sans aucun nuage dans le ciel bleu de Kerbin.
Tout droit sortit de l’esprit dérangé d’un ingénieur du bureau d’étude du centre spatial, un étrange véhicule se place sur la piste de décollage.

Mélange hybride de flotteurs montés sur des trains d’atterrissage, la structure en trimaran supporte un avion somme toute assez classique.
Une bonne part des modes de propulsion sont présent sur cet improbable assemblage :
– Deux boosters à poudre RT-5.
– Deux moteurs fusée LV-T30
– Un turboréacteur J-33.

L’engin est près à démarrer.

Spoiler:

Première phase : les boosters à poudre

Spoiler:

Ils permettent d’accélérer toute la masse de 72 tonnes rapidement à 40 m/s en début de piste plutôt que le laborieux démarrage avec des Réacteurs classiques. Sont largués dès leur arrêt.

Seconde phase : les moteurs fusée

Spoiler:

Ils permettent de monter à 60-70 m/s sur la piste pour rester stable.

Un léger freinage à 51 m/s permet de négocier le bout de la piste sans quitter le sol et sans casse.

Spoiler:

Puis c’est l’entrée dans l’eau à 36 m/s qui permet là aussi de ne pas faire plonger l’appareil et sans casse.

Spoiler:

Troisième phase : Le trimaran fusée navigue sur les flots

Spoiler:

Les trois flotteurs sont composés des mêmes pièces :
– Un réservoir Jumbo 64
– Deux adaptateurs 2.5 à 1.25
– Une coiffe Type B
Le flotteur central est plein de carburant pour moteur fusée, permettant d’avoir de la poussée pour la durée du trajet vers l’ile avec les deux moteurs à 60%
Les deux flotteurs externes sont vides de carburant, ce qui assure la flottabilité de l’ensemble.
L’avion est légèrement incliné de 5° vers l’arrière ce qui permet de maintenir l’ensemble horizontal pendant la partie navigation et éviter une tendance à piquer du nez dans l’eau, ou un looping arrière avec plus d’inclinaison quand la vitesse dépasse les 80 90 m/s.

Les moteurs fusée sont à fond et l’accélération permet d’atteindre rapidement 50-60 m/s puis de friser les 100 m/s à proximité de l’ile.

Spoiler:

Quatrième phase : Atterrissage sur le sommet de l’ile

Tout d’abord, l’avion est découplé des flotteurs à environ 5 seconde de l’impact sur la falaise. Il vole directement et après un légère accélération il peut monter vers le sommet sans trop de vitesse pour anticiper l’atterrissage.

Spoiler:

Puis il se pose sur le sommet à 1122 m. En pratique on doit pouvoir aller à quelques mètres de plus, à proximité.

Spoiler:

Cinquième phase : retour au centre spatial
Demi-tour au dessus de l’ile. On voit les débris des flotteurs écrasés au pied de la falaise.

Spoiler:

Après un vol tranquille, Jebediah se pose sur la piste.

Les différents temps :
Total : 12 min 05 s
Roulage : 1 min 10 s
Flottage : 6 min 12 s
Atterrissage au sommet : 1 min 20 s
Temps total en vol : 4 min 43 s

Encore un défi très amusant à faire.

  • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 5 mois par Verthel.