Répondre à : Apollo 21: Le futur

Connectez-vous.

Mot de passe oublié ?

Inscrivez-vous.


#8243
Gilflo
Participant

AVANCEMENT DU PROJET

L’etude de la feuille de calcul associée au mod AmpYear manager m’a permis d’alléger Appollo 21.

Voici la version finale du LEM

Module MK2 de masse de base 38T emportant 82T de LFOx propulsé par 4 moteurs « Poddle » de 1m45 qui permettent un TWR de 1.26 à la masse maxi et un DV Lunaire de 3990. 4 petits moteurs Twitch additionnels permettent le roulage au au sol à condition qu’il n’y ait pas trop de pente.

La configuration particulière du LEM dont le centre de gravité est fixe permet un pilotage aisé genre « Hoover », ceci dans le but d’effectuer des déplacements en mode « Hoover » au dessus de la planète à des vitesses incompatibles au sol a cause du relief tres accidenté.

Le mode choisi permet d’atteindre sans problème 200m/s voire plus. Le pilotage se fait en mode « Control from here » depuis le docking port supérieur. Pour les déplacements en orbite, alunissage et décollage, le mode est le meme.

Le pilotage en mode « translation » pour le docking se fait à partir du « Control from here » depuis le cockpit.

Voici une vue du LEM avec tous ses élements

Les 32 générateurs associés à 4 batteries Z4-K de 500 Ec chacune permettent les opérations simultanées de jour comme de nuits des 3 gros Drills associés au Concert O Tron 250. Avec un ingénieur 5 étoiles et une concentration d’Ore de 10%, 4H suffisent à ravitailler le LEM, et 3H40 avec une concentration de 14%. 2 radiateurs médium extensibles permettent un travail à 100% de rendement.

Sous le LEM se trouvent un scanner de surface et un M 4435 Narrow band scanner, au dessus on trouve 2 commutrons.

Les éléments scientifiques ne sont utilisés qu’une seule fois car le module MK2 n’emmène qu’un pilote et un ingénieur. Il s’agit de 2 SC 9000, 2 mysterious Goo, 2 thermomètres, 2 ravioli détecter et 2 accéléromètres sismiques.

Le LEM pourra donc voyager de jour et ravitailler de jour ou de nuit.

Les parachutes permettent l’atterrissage lors du retour sur terre, vide de carburant.

Le module retour comporte un Lab avec des scientifiques pour resetter les expériences une fois le LEM docker, un module de commande pour 3, des reservoirs et un moteur Kerbodyne de 2M90.

Le retour depuis l’orbite lunaire est rendu possible avec 60% du carburant restant dans le LEM qui sera consommé par le moteur Kerbodyne en priorité lors de l’injection vers la Terre et la mise en orbite Terrestre. Les reservoirs du module retour serviront au freinage de l’attelage lors de la  rentrée atmosphérique pour éviter toute surchauffe fatale.

A 5000m le découplage rendra autonome les 2 ensembles, les parachutes du LEM s’ouvrant à 5000, ceux du module retour à 2000 pour éviter toute collision. Le retour peut se faire ainsi sans l’aide du FMRS.

Pour le départ l’ensemble sera surmonté d’une coiffe et il est prévu d’injecter seulement 70% de LFOx dans le LEM pour alléger la charge totale autour de 160T. Cela permet également un alunissage en toute sécurité.

  • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 années et 4 mois par Gilflo.