Répondre à : Le voyage interstellaire impossible à tout jamais ?

Connectez-vous.

Mot de passe oublié ?

Inscrivez-vous.


#5879
Le chimiste
Admin KSC

je vois ça de plus loin, avec moins de compétence, je ne me suis pas penché sur la partie calcul, mais dans l’ensemble je suis d’accord.

la pression sur la voile solaire est fonction du carré de la distance et de l’angle (enfin je pense)

Le système solaire est immense, s’en échapper alors qu’on n’en observe et connaît bien qu’une petite partie avec une si petite masse utile et pour un coût démesuré ne me semble pas utile.
Je pense que c’est pour ces considérations mathématiques que la science fiction (un des bords par lequel j’ai abordé l’astronautique) préconise d’autres voies.
la solution c’est peut être le déplacement sans mouvement (ou beaucoup moins d’énergie cinétique à mettre en œuvre) en pliant l’espace par exemple pour éviter les problèmes très bien expliqué par Dakitess.
Mais bon ce n’est pas une technologie à notre portée, autant demander au premier inventeur du boulier de monter avec sa technologie un ordinateur quantique.

Pour la masse sèche, celles des réservoirs, j’avais vu que prendre un gros glaçon, lui mettre quelques moteurs atomiques et des espaces de vie ça peut être bon pour le système solaire lointain, pas plus même en étant pas pressé. Vu dans une nouvelle de Asimov pour rapporter des astéroïdes aqueux de la ceinture sur Mars et d’autres.
Pourquoi ne pas équiper une comète quand elle se rapproche du soleil et laisser repartir avec elle quelques courageux explorateurs.
je pense que venir se poser sur des corps de taille modeste à l’orbite exentrique est peut être une solution pour faire des voyages (astéroïde stop) Il y a tout de même le gros problème de la vitesse relative.

C’est ici que je ferme ma page de science fiction.

Cette année je vais me mettre à faire des calculs de ce genre et rêver un peu moins.

Comme les proportions par rapport à celle de la Terre, des différentes orbites des planètes découvertes sont connues, avoir la distance de la Terre au Soleil, permettait de connaître le demi grand axe de chaque planète connue.