Répondre à : Assistances Gravitationnelle

Connectez-vous.

Mot de passe oublié ?

Inscrivez-vous.


#3831
Dakitess
Admin KSC

Sans mod, c’est plutôt délicat… Il sera envisageable de prévoir à l’oeil et grace aux points de manoeuvre une assistance, mais un enchainement deviendra vite problématique. Je laisserai les experts des mods compléter, mais ce qu’il faut savoir pour la base, c’est qu’une assistance gravitationnelle n’a rien de magique, elle n’ajoute pas « vraiment » de vitesse, elle redirige plutôt la trajectoire, le vecteur cinétique. Et dans l’espace, le vecteur cinétique, c’est à peu près tout ce dont on a besoin pour définir une trajectoire orbitale 🙂

En d’autres termes, l’assistance gravitationnel, c’est le moyen de modifier votre orbite initiale à bas coût énergétique, en utilisant un corps massif pour courber votre trajectoire. En passant à l’extérieur de l’astre, vous allez globalement accélérer votre module, en courbant votre trajectoire vers l’intérieur, et en rehaussant d’autant votre apogée : c’est ce qu’il vous faut faire pour vous catapulter vers les astres lointain, comme Jool ou Eeloo. A l’inverse, en croisant un corps massif par l’intérieur, c’est à dire en lui « passant devant », vous allez globalement casser votre vitesse, en redirigeant votre trajectoire vers l’extérieur du système, ce qui va avoir pour conséquence d’abaisser votre apogée. Là, c’est pour rejoindre les planètes les plus proches du soleil, Moho en tête.

Une assistance gravitationnelle est d’autant plus efficace que le corps est massif : rien n’est comparable à un beau slingshot de Eve ou Jool ! Mais il reste néanmoins possible de tirer parti des autres planètes et des grosses lunes (Mun, Tylo…) pour trouver des occasions de catapulte gravitationnelle. Si la masse joue un rôle essentiel, c’est également le cas de la proximité à l’astre : plus vous êtes bas, proche, plus l’assistance sera efficace. Et il y un grande différence entre être proche en frôlant Duna à ~400km autour de Kerbin par exemple, et être très proche, en s’approchant juste à la limite de l’atmosphère, à 50km : l’impact est démultiplié ! Appliquez vous donc à affiner votre Périgée d’approche.

Dernier point, il est possible d’accroître encore un peu l’intérêt d’une assistance gravitationnelle « passive » en quelque chose d’actif : l’effet Oberth énonce qu’un burn est d’autant plus efficace qu’il est mené à une vitesse déjà élevée. Sans entrer dans les détails, une assistance gravitationnelle amène généralement à des vitesses très élevées ! Cela peut être l’occasion d’ajouter un point de manœuvre au niveau du périgée, pour y préparer un burn court qui permette d’ajuster la trajectoire de sortie, avec un « rendement » élevé 😉

Oh, et attention a bien être dans le même plan lors d’une assistance gravitationnelle, autrement que pour une démarche bien volontaire : elles sont aussi très efficaces pour donner une inclinaison à votre module, mais c’est souvent un résultat non souhaité et qui peut surprendre 😉 Donc bien avoir annuler l’angle relatif avant catapulte, sauf si vous souhaitez effectivement profiter de l’assistance pour modifier votre plan orbital, ce qui peut avoir son utilité 🙂

------------ L'ensemble de mes créations ---------------- Challenge KSC2 - VENERA ! ----------------------- Ma chaîne Youtube ! ----------------------------------