Répondre à : L’épopée scientifique du KSCFS

Connectez-vous.

Mot de passe oublié ?

Inscrivez-vous.


#14966
FSTH000
Participant

Épisode 2 – Escapades sur les lunes et premier labo

Pour ce premier voyage au delà de l’orbite de Kerbin, je ne me suis pas cassé la tête : j’ai repris mon vaisseau précédent, le FS Science Orbiter II, et remplacé les deux Mk-55 par un Terrier et ai rajouté quatre pieds. Vous ne voyez pas d’échelle ? C’est normal, il n’y en a pas besoin : le jetpack suffit.

Le voyage s’est passé sans histoire, et Jeb s’est finalement posé sur l’une des étendues plates de Minmus, non loin d’une montagne. Les mesures effectuées et les rapports et échantillons récupérés, Jeb est reparti, et est revenu sans encombre sur Kerbin. La récolte fut lucrative : 400 science. C’est là que je me rendis compte que la redondance d’instruments ne servait à rien : les valeurs des relevés pris dans un même biome ne s’additionnent pas.

Pour le prochain voyage, je construisis un lander plus efficace : pensé pour ramener le plus de science possible, il ne possède plus qu’un instrument de chaque type (sauf les conteneurs de Goo, pour la symétrie), le kerbonaute sortira pour ramener les données dans le pod, afin de réaliser les mesures à un autre endroit. De ce fait, changement d’équipage : Jebediah laisse sa place à Bob, qui grâce à ses compétences de scientifique pourra réinitialiser le Science Jr, et dans une moindre mesure les conteneurs de Goo. La fusée a été allégée, le nombre de moteurs latéraux passant de quatre à deux. C’est au décollage que j’ai pu pour la première fois expérimenter réellement le gravity turn, découvert quelques semaines plus tôt avec le Suivez l’Guide de Dakitess. Pourquoi seulement maintenant ? J’ai attendu d’avoir bien assimilé la théorie en regardant au moins trois fois la vidéo avant de passer à la pratique. La technique fut payante : seulement 400 m/s de circularisation, contre plus de 1000 auparavant !

Après un voyage… ordinaire, Bob se pose dans les hautes plaines de Minmus. Après être descendu et planté le drapeau, il a fait son rapport d’EVA et prélevé son échantillon. Il est ensuite allé en jetpack jusqu’à un gros caillou, visible au loin depuis le lander. Mais il n’en a rien pu faire : ça ne s’analyse qu’avec le bras de scan de Breaking Ground, ces trucs là. Je suis donc revenu au lander, et après avoir effectué mes mesures, je quitte la surface de Minmus, réalisant une dernière expérience de Goo en altitude, avant de revenir vers Kerbin. Test en conditions réelles réussi pour le module de rentrée atmosphérique (pour revenir de Minmus en 1 aérofreinage, mettez la hauteur a 45km) ! Bilan de la mission : 550 science !

 

Pour faire plus de science, j’ai lancé un labo avec coupole à 1000 km au dessus de Kerbin. Malheureusement, la station s’est vite retrouvée en panne sèche d’électricité, pour cause de mauvaise gestion de la consommation à la conception. En attendant que la nouvelle version soit prête, je lance une mission vers Mun. J’ai rajouté au lander un conteneur à science pour stocker toutes les expériences : loin de Mun, près de Mun, sur Mun… tout je vous dis ! Et pour transférer ces données et surtout pour reset les expériences, c’est Bob qui s’y colle ! Il s’est finalement posé sur Mun, et a fait ce qu’il devait faire. Brave Bob. Il est déjà temps de rentrer. Cependant j’étais trop juste, question delta-v : à la fin de la mise en orbite, j’en avais plus que 482 : trop peu pour rallier Kerbin si j’en crois la carte de delta-v. Mais j’ai usé d’une astuce, qui m’a bien sauvé quand le réservoir fut vide : terminer les manœuvres au RCS. Finalement, le vaisseau a amerri sur un beau coucher de Mun… et BIM 554 science ! Mon idée d’ajouter un conteneur a science à payé. Pour éviter la panne sèche, je garderai dorénavant le dernier étage de la fusée le plus longtemps possible : une fois en orbite il reste 800 m/s dedans, c’est dommage de les gâcher…

J’ai repris mon labo, et une fois modifié pour qu’il ne tombe plus en panne d’électricité, je l’ai mis sur des roues avec des instruments : je vous présente le Labobus, destiné à glaner de la science sur le KSC ! Malheureusement, la pauvre bête s’est retournée, non sans avoir produit 30 science (je crois). En prévision de remplacer la station par une version plus efficace, j’ai envoyé un vaisseau vide piloté à distance pour ramener les Kerbonautes à bon port, avant de désorbiter la station, qui étonnamment a bien résisté à la rentrée atmosphérique. Côté technologie, j’ai débloqué une plus grande roue à réaction, mais aussi le moteur nucléaire : à moi les voyages interplanétaires ! Peu après, j’ai mis la nouvelle version de ma station en orbite. Elle dispose de 4 jeux de 3 instruments (Goo/thermomètre/baromètre) pour réaliser des mesures a différents stades du vol via des groupes d’action. Et ça marche plutôt bien, 3 science par jour. Et niveau électricité, tout va bien !

  • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 10 mois par FSTH000.

Plus de 100 heures de vol selon Steam, beaucoup plus en réalité... Je fais aussi des blueprints publiés chaque mercredi par les Facebook et Twitter officiels de KSP : https://www.artstation.com/fabiansteven