Répondre à : Stratolauncher en RSS

Connectez-vous.

Mot de passe oublié ?

Inscrivez-vous.


#13603
Gilflo
Participant

A présent voici le StratoMaX dont la mission est de lancer une charge utile de 315T a 48500m aux environ de 5500m/s soit plus de Mach 17

Le StratoMaX: Nacelle centrale à cockpit OPT MK2 entourée de 2 « Drones » symétriques, plus de 1600T et 20 moteurs OPT J61 TurboRamjet « Starwaster »de 2m50, capable de developper un TWR >3 au plafond de 48500m

Voila le monstre qui fonctionne au LF

Vue arrière sur les moteurs

Beaucoup de plans horizontaux, d’ailes, de winglet et de plans verticaux qui permettent un pilotage fin au plafond du monstre car le largage

de la charge utile se fait en palier avec une verticale speed la plus faible possible, ce qui a 5500m/s est très pointu

Voici la charge utile; une navette martienne, Martian Shuttle, propulsé par 2 rockets largables, qui permettent une fois la navette larguée de la monter en orbite et d’atteindre la vitesse de libération de 7500m/s, environ Mach 25 avec 16000DV disponibles. Les 4 moteurs de la navettes sont allumés pendant la montée au plafond du Stratolauncher aidant à la poussée et puisant le LF dans les réservoirs de ce dernier. Ils s’éteignent tous seul bien avant d’atteindre les 48500m.

Au largage ils sont rallumés en mode Closed Cycle et travaillent avec les moteurs RS 25 de RealScaleBoosters(réplique des moteurs du Space Shuttle) en puisant dans les reservoirs largables inférieurs, ce qui laisse intact au maximum l’autonomie du Martian Shuttle.

La Navette Martienne possède un Rover pour 2 pilotes. Il se trouve dans la soute et il est largué pendant l’approche du sol martien, faite en retrograde. Le Rover descend automatiquement sous parachute. La navette sort ses parachutes à 25000m après avoir freiné à moins de 800m/s, puis termine l’approche à l’aide des parachutes et d’un peu de poussée, s’appuyant au sol sur l’arrière à l’aide de 2 Landing Struts qui lui donnent un appui permettant à l’avant de basculer au sol au moment du toucher et de se retrouver au sol sur ses trains d’atterrissage. Très « touchy » comme manoeuvre….

Vue sur 3/4 arrière des 2 gros moteurs fusée. Ce sont les seuls éléments abandonnés et qui ne reviennent pas sur Terre.

Le total au décollage: la Navette Martienne est montée sur le corps central du Stratomax. Les 2 réservoirs largables et la Navette sont reliés par un segment central. 2 « staging » docking ports  à chaque bout permettent la séparation du StratoMaX, puis ensuite celle des réservoirs largables

Une fois la Navette en orbite, le StratoMaX qui, depuis Kourou, a longé la cote sud américaine  pour larguer dans un plan correct, a tout juste assez de carburant pour rejoindre la cote et se poser dans la pampa, puisqu’il n’est pas possible d’avoir plusieurs bases. Il peut aussi amerrir sans problème.

  • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 années et 1 mois par Gilflo.