Répondre à : La spatiothèque de Tayronn

Connectez-vous.

Mot de passe oublié ?

Inscrivez-vous.


#13598
Tayronn
Participant

Bonjour à tous !

Je viens partager avec vous les débuts de ce qui sera sans doute mon ultime gros défi avant la sortie de KSP 2 : un Grand Tour sans refuel, réalisé dans la version 1.6 du jeu car c’est celle que je connais le mieux. Cela fait plusieurs semaines que j’y travaille, avec l’objectif de concilier le défi technique d’un grand tour et la mise en page d’une bande dessinée scénarisée de quelques dizaines de pages, dans la lignée de ma BD Apollo 11. Un gros boulot en perspective !

Le premier objectif a été d’élaborer une ébauche de scénario, car je ne me contenterai pas de raconter l’épopée de façon classique. Créer des personnages attachants, imaginer des péripéties, des enjeux, le tout mijoté dans cet humour caractéristique de KSP que je m’attache toujours à insuffler, notamment dans chaque challenge KSC. Sur la photo ci-dessous, vous pourrez trouver l’itinéraire que j’ai élaboré en prenant en compte ces péripéties, mais aussi l’optimisation énergétique du voyage. N’hésitez pas à me donner des conseils si vous y voyez des choses incohérentes, votre aide sera toujours la bienvenue !

Ma première intention fut de concevoir des atterrisseurs optimisés pour chaque type d’astre. Les astres sans atmosphère sont les plus faciles à atteindre : Mun, Minmus, Ike, Gilly, Moho, Pol, Bop, Vall et Eeloo. Vient ensuite Tylo et sa masse hors-norme, qui nécessite un lander plus puissant. Puis Laythe et enfin Duna avec leur légère atmosphère qui requiert un freinage à l’aide de parachutes.

Mais… Tous ces atterrisseurs représentent une masse assez importante (environ 85 tonnes avec les réserves de carburant et le module de vie pour 3 kerbals), et je coince lorsqu’il s’agit de construire un bloc propulsion suffisamment gros pour envoyer tout ça au fin fond de l’espace. Globalement je plafonne péniblement à un delta-V de 15 000 m/s, alors que j’estime à 30 000 m/s celui nécessaire au voyage. Il faut littéralement construire un monstre en aspargus et blindé de moteurs nuke. Je vais donc revoir la modularité de l’ensemble, et m’orienter vers une architecture commune à toutes les planètes, qui viendra se docker à des modules complémentaires en fonction de mes besoins : un étage de descente pour Tylo, un bloc « parachutes » pour Duna etc.

Je n’ai pas oublié Eve ! Pour l’instant c’est la seule construction que j’ai pu valider définitivement : un ULM attaché à mon futur croiseur sera chargé de rejoindre un orbiteur déposé préalablement. Pour un Grand Tour sans refuel, je n’imagine pas atteindre la surface de Eve autrement…

C’est tout pour l’instant ! Objectif des prochaines semaines : concevoir et tester un lander universel et ses modules complémentaires. Le scénario de la BD est quasiment complété, j’attaquerai la mise en page une fois le voyage bouclé… si j’y parviens un jour !