KSC1 Viking – Chronologie et cahier des charges


Que serait un challenge sans objectifs à atteindre ? Sans quelques petites contraintes stimulantes ? Sans ce contexte commun que nous partagerons tous le temps d’une belle épopée ? Il est maintenant temps de vous dévoiler le cahier des charges du Challenge n°1, Viking ! Avant d’entrer dans les détails, il faut appréhender les différents éléments évoqués comme des pistes de réflexion, des points à valoriser dans votre participation : ne pas parvenir à respecter un aspect du cahier des charges ne remet pas en cause le reste de la mission, loin s’en faut ! Ce sont seulement des axes préétablis qui vous permettrez d’évoluer dans un scénario précis et accessible, et à nous d’avoir un regard sur vos fascinantes participations afin d’en valoriser les points forts 😉 En résumé : faites de votre mieux, à votre niveau, et éclatez vous ! Et lisez bien ce qui suit ^^

Les objectifs synthétiques du programme Viking sont les suivants :

  • Capturer les premières images hautes résolution de Mars
  • Analyser la composition de l’atmosphère de Mars et étudier sa météo
  • Évaluer la présence éventuelle de vie au sol de Mars

Le projet Viking débute avec le lancement de deux vaisseaux spatiaux pratiquement identiques en direction de Mars, en vue de mener des expérimentations scientifiques suivant les 3 principaux objectifs précédemment décrits, et sont issues du travail de 3 équipes distinctes.

Chaque charge utile de cette double-mission était composé d’un orbiteur et d’un atterrisseur. L’orbiteur permettait dans un premier temps de renvoyer les premières images depuis une orbite bien définie, en vue de sélectionner le site d’atterrissage. L’atterrisseur pouvait alors débuter sa descente après s’être séparé, entrer dans l’atmosphère et se poser autour des coordonnées ciblées. A ce stade de la mission, les deux objectifs respectifs de l’orbiteur et de l’atterrisseur étaient la cartographie aussi précise que possible de la surface de Mars, et la détection d’une éventuelle trace de vie au stade élémentaire.

Déroulement du challenge :

Le challenge débute officiellement ce jour du 10 avril 2017 ! Il devrait prendre fin le 8 mai à 21h30. Pour participer, il est important de vous inscrire via le formulaire disponible ici, c’est LA première étape cruciale 🙂 A noter que vous pouvez bien sur prendre le train en marche, sans aucun souci, n’hésitez pas à nous solliciter si besoin est !

Un choix de catégorie vous y sera demandé, c’est votre premier pas dans ce challenge. Ce dernier se déroule en plusieurs étapes afin de fluidifier le déroulement de la mission et permettre à chacun de trouver le temps de participer à son rythme. L’une des catégories notamment, « Junior », pourra profiter de ce découpage pour poser ses questions et trouver de l’aide dans la concrétisation de cette épopée. Le staff fera tout pour être aussi réactif que possible, avec l’appui des autres participants naturellement ! Ce sera également l’occasion pour nous de diffuser du contenu directement en lien avec le challenge.

D’un point de vue plus « utilitaire », il vous faudra disposer d’une version clean de KSP, toute belle, toute propre, en 1.2.2 (la dernière en date), nous avons écrit un article à cet égard : préparation du dossier KSP. Vous y trouverez la White List des mods autorisés. Vous pourrez ensuite installer SSRSS, et pour ça aussi, nous avons un guide !

Il est désormais temps d’entrer dans le vif en détaillant le cahier des charges de chacune des étapes de vol !

Avant / pendant / après : présentation de la participation

Vous l’aurez sans doute compris au fil de nos articles, Kerbal Space Challenge cherche à sortir du jeu KSP et étendre l’expérience. C’est pourquoi une présentation vous sera demandée, au terme du challenge, afin de nous raconter votre épopée : mettez à contributions vos talents, vos passions ou simplement vos affinités afin de mettre en valeur votre participation ! Qu’il s’agisse d’un récit, d’une bande dessinée, d’une vidéo ou d’un powerpoint, que vous y glissiez des calculs mathématiques, des réflexions logistiques, des détails historiques, ou des applications physiques, tout est bon pour défendre votre aventure et la montrer sous son plus beau jour ! N’hésitez pas à demander de l’aide à votre entourage et pas de panique si vous n’avez pas de connaissances en particulier, c’est juste du bonus et du plaisir, pour clôturer ce premier challenge

Ces présentations feront partie de la valorisation globale, avec un regard sur l’originalité, l’apport pédagogique, et le respect du cahier des charges de la mission.

De même, nous proposons quelques objectifs propres à chaque catégorie, autant pour vous donner quelques idées que pour nous permettre d’adapter les barèmes

  • Junior : faites nous part des choses que vous pensez avoir appris, des éventuelles difficultés rencontrées, des ressources qui vous ont aidé !
  • Historique : montrez nous la fidélité de votre participation au contexte historique de la mission !
  • De Vinci : présentez vos petites perles d’ingénieries et défendez leur réalisme !
  • Duo : expliquez nous les avantages et éventuels inconvénients d’une participation à plusieurs !

Pour finir, prenez votre pied et étonnez nous !

Phase 1 : conception et mise en orbite !

Entrons dans le bois dur, avec la phase de conception des éléments de la mission ! Quelques éléments à respecter autant que possible :

Global, pour toutes les catégories : une mission non habitée, un orbiteur qui restera en orbite de mars et un atterrisseur qui rejoindra le sol. Une orbite de départ de la terre suffisamment circulaire, avec un écart entre l’altitude minimale et l’altitude maximale de 10% (exemple : 185*200 est un écart valide !).

Pour la catégorie historique, les points que nous observons :

  • Lanceur : 3 étages verticaux, des propulseurs à poudre d’appoints, une coiffe de protection.
  • Orbiteur : une forme octogonale, un seul propulseur fusée, des équipements scientifiques d’analyse à distance, l’orbiteur qui porte l’atterrisseur.
  • Atterrisseur : entièrement couvert jusqu’à la dernière phase de descente par un bouclier thermique. Équipe de parachutes et d’équipements scientifiques d’analyse à proximité.
  • Mise en orbite : Efficacité / maitrise de la trajectoire, orbite de parking entre 100 et 200km, écart entre l’altitude max et mini inférieur à 15km. Seul le lanceur doit être utilisé pour cette mise en orbite, sans toucher à l’étage de transfert des modules !

Phase 2 : transit Terre-Mars

Maintenant que l’orbite est acquise, il est temps d’injecter pour Mars !

Global, pour toutes les catégories : en utilisant les modules que vous avez conçus et mis en orbite, réalisez un transfert vers Mars.

Pour la catégorie historique, les points que nous observons :

  • Utilisation exclusive de l’étage de transfert entre l’injection de départ et l’entrée dans la SOI de Mars : passé la limite, il ne vous est plus autorisé de l’utiliser.
  • Le temps nécessaire à ce transfert, entre l’injection de départ et l’entrée dans la SOI de Mars.
  • Le nombre et le type de manœuvre vous ayant permis d’intercepter Mars.

Phase 3 : mise en orbite autour de Mars

Global, pour toutes les catégories : en utilisant le ou les modules que vous venez d’injecter vers Mars, réaliser la capture et la mise en orbite autour de ce bel astre rouge. Parvenir à une orbite finale très elliptique, avec une altitude mini autour de 100km et une altitude maxi vers 20000km.

Pour la catégorie historique, les points que nous observons :

  • Utilisation exclusive de l’orbiteur entre l’entrée dans la SOI de Mars et la finalisation de l’orbite.
  • Le nombre et le type de manœuvre vous ayant permis la mise en orbite finale.
  • Orbite définitive très fortement elliptique, de 100km par 20000km !
  • Une inclinaison d’orbite de 40°

Phase 4 : atterrissage sur Mars

Global, pour toutes les catégories : en utilisant le ou les modules que vous avez placé en orbite de Mars, procédez à la descente de l’atterrisseur !

Pour la catégorie historique, les points que nous observons :

  • Utilisation exclusive du désorbiteur entre la mise en orbite et l’initialisation de la descente atmosphérique.
  • Utilisation exclusive du parachute entre 5000m et 1000m
  • Orbite définitive très fortement elliptique, de 100km par 20000km !
  • Une inclinaison d’orbite de 40°

Voila qui met fin au cahier des charges de ce challenge Viking ! Rappelez vous, rien n’empêche aux autres catégories d’emprunter les détails de la catégorie Historique et même de les approfondir ! Un junior qui s’illustrerait avec un lanceur très proche de Titan, on prend ! Un DeVinci qui a cherché à conserver la structure globale des deux sondes tout en apportant sa touche pleine d’inventivité, on aime ! Nous avons d’ailleurs volontairement omis de nombreux détails historiques qui peuvent avoir leur importance, de sorte à vous laisser le plaisir de la recherche ou la liberté de mise en place de certains aspects : c’est votre challenge, votre expérience du jeu, façonnez là à votre guise tout en respectant les quelques éléments que nous vous proposons 🙂

Enfin, n’oubliez pas que le forum est là pour communiquer, rubrique Challenge par exemple, afin de poser vos questions, échanger avec les autres joueurs, etc : nous pensons notamment aux Juniors, qui ne doivent pas hésiter à contacter le staff ou les membres, par le forum autant que possible, pour en faire profiter tout le monde :p

Pour réagir à cet article, cela se passe sur le forum

KSC1 Viking : chronologie et cahier des charges !

 

Joueur KSP Full Stock depuis plus de 2500 heures, dont 90% dans le VAB 😉
Président de l’association KSC, pour vous servir !